Biens mal acquis: le jugement Obiang met fin à l’impunité

Par

Mediapart publie le jugement de la première affaire de biens mal acquis sanctionnée par la justice française. Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale, écope d’une peine de prison et d’une amende couvertes par le sursis, mais ses 150 millions d’euros de biens en France sont confisqués.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une première judiciaire, et certainement une avancée historique dans la lutte contre la corruption. La justice française a, ce vendredi 27 octobre, prononcé pour la toute première fois une condamnation dans une affaire de biens mal acquis. Le vice-président de Guinée équatoriale, l’un des pays parmi les plus pauvres d'Afrique, Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorin Obiang, 48 ans, a été reconnu coupable des faits de blanchiment d’abus de biens sociaux, blanchiment de détournements de fonds publics, blanchiment d’abus de confiance et blanchiment de corruption.