«Des blessés de guerre soignés avec des techniques civiles de pointe»

Par

Les terroristes du 13 novembre ont tué 130 personnes et en ont blessé plus de 350, selon le procureur de Paris. Comment les équipes du Samu et des hôpitaux ont-elles fait face à cet afflux sans précédent de blessés, dont un grand nombre, en état d’« urgence absolue », devaient être traités dans l’heure ? 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lendemain des attaques du 13 novembre, le procureur de Paris, François Molins, annonçait lors d’une conférence de presse : « Nous déplorons sur les différents sites des attentats la mort de 129 personnes, bilan malheureusement provisoire et évolutif compte tenu du nombre de blessés qui se trouvent toujours dans des états d’urgence absolue. » Et de préciser que, sur un total de plus de 350 blessés, « au moins 99 sont en état d’urgence absolue », autrement dit entre la vie et la mort (voir la vidéo de la conférence du procureur ci-dessous).