Affaire Bismuth: Sarkozy sera fixé le 22 mars

Par

La chambre criminelle de la Cour de cassation a examiné les pourvois de Nicolas Sarkozy, Gilbert Azibert et Thierry Herzog. Elle dira le 22 mars si elle valide la procédure dans laquelle l’ex-chef de l’État est mis en examen pour corruption et trafic d’influence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il flotte un parfum d’incertitude et de non-dit, ce jeudi matin, dans la vaste salle d’audience au décor chargé où siège la chambre criminelle de la Cour de cassation. Afin d’examiner les pourvois de Gilbert Azibert, Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy, tous trois mis en examen pour "trafic d’influence", "corruption" et "violation du secret professionnel" dans l’affaire Paul Bismuth, les magistrats du Quai de l’Horloge ont dû bouleverser quelque peu leurs habitudes. Il a d’abord fallu écarter des débats tous ceux d’entre eux qui avaient été interrogés en tant que témoins dans l’affaire elle-même, et composer une formation de jugement inédite.