En 2018, une «bonne» croissance, pas si bonne que ça

Par

Le gouvernement s’est félicité d’une croissance française plus solide que prévu en 2018, y voyant la preuve du succès de sa politique. Mais cette croissance est surtout le fruit de la faible croissance du pouvoir d’achat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis que l’Insee a publié une croissance 2018 légèrement révisée à la hausse à 1,6 %, les deux locataires de Bercy, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, n’ont pas cessé de se féliciter de ce qui apparaît au dernier comme la preuve que la « politique du gouvernement fonctionne ». Certes, le propos du ministre de l’action et des comptes publics sur France Inter n’était pas très cohérent. Il y confondait allègrement croissance et niveau des exportations et évoquait un étrange « placement des investissements sur les marchés » de la part des entreprises. Mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel, c’est de savoir si la politique économique du gouvernement renforce effectivement l’économie française. Or, de ce point de vue, il semble bien qu’il y a quelque chose qui cloche.