Hollande veut être un «président normal»

Par

Le candidat à la primaire socialiste occupe le terrain quand son supposé concurrent Dominique Strauss-Kahn est toujours contraint au silence du FMI. En appliquant ses recettes élaborées depuis des mois: réalisme, proximité et «normalité».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le décor est volontairement ultra sobre. Pas de sigle du PS, pas de rose, pas d'affiche. Juste un pupitre avec inscrit dessus «La France en avant». Et un orateur qui savoure devant une salle comble de 900 personnes. François Hollande, revenu des profondeurs des sondages et des blagues vaches («flamby»), a donné mercredi son premier meeting depuis sa déclaration de candidature pour la primaire socialiste, le 31 mars.