Migrants: dans les Hautes-Alpes, les raisons d'un «deux poids, deux mesures»

Par

Les militants de Génération identitaire se prévalent d’avoir « intercepté » quatre migrants vendredi dans les Hautes-Alpes. À peine ouverte, l’enquête est déjà classée. De leur côté, des participants à la marche « pro-migrants » du week-end sont en détention provisoire. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Leurs doudounes bleues flashy s’incrustent dans le paysage. Loin d’avoir quitté les Hautes-Alpes le week-end dernier, les activistes de « Génération identitaire » (GI) paradent plus que jamais à la frontière franco-italienne. Pour la première fois, ces militants d’extrême droite se sont même prévalus, vendredi 27 avril, d’avoir « repéré » quatre « clandestins » dans la nuit, qu’ils auraient « accompagnés » au poste frontière « sous la supervision d’un officier de police judiciaire ». Des rodomontades ?