Mères porteuses, vingt ans de gestation et une réforme?

Par
C'est l'un des débats de société les plus sensibles depuis vingt ans. Alors que la loi de bioéthique de 1994 qui interdit la gestation pour autrui doit être révisée en 2009, Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la Famille, applaudit des deux mains un rapport du Sénat qui ouvre la voie à la légalisation des mères porteuses. Cela signifierait un bouleversement législatif pour les couples non fertiles qui, dès 1989, bataillaient dans ce sens auprès des tribunaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lendemain de la sortie d'un rapport du Sénat sur les mères porteuses, la secrétaire d'Etat UMP à la Famille, Nadine Morano, prend fait et corps pour la légalisation du recours à cette pratique, appelée administrativement "gestation pour autrui". «Sur le principe, je n'y suis pas opposée, dès lors que la femme a un vrai problème de stérilité, dès lors aussi qu'il n'y a pas de marchandage du corps», a-t-elle affirmé jeudi 26 juin dans un entretien à Radio Notre-Dame et à La Croix. «Si, demain, ma nièce ou ma fille avaient un problème de stérilité avéré, et qu’elles me demandaient de porter leur enfant, franchement je le ferais.»