Procès France Télécom: «Ils ont assassiné mon père», Rémy Louvradoux

Par

Rémy Louvradoux, agent de France Télécom, s'est immolé par le feu en 2011, détruit par les réorganisations successives dans le groupe. Sa famille a témoigné lors du procès pour harcèlement moral visant les anciens dirigeants, le 27 juin à Paris. Sans illusion sur le pouvoir réparateur de la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle précise d’emblée : « Quand je dirai je, c’est nous qu’il faut entendre. » Noémie Louvradoux parle, à la barre du tribunal ce 27 juin, pour elle-même, pour ses frères et sœurs – Raphaël, Juliette et Matthieu –, pour sa mère Hélène, mais aussi au nom de son père, Rémy Louvradoux, qui s’est immolé par le feu il y a presque dix ans, détruit par son travail à France Télécom. Un cas emblématique de la crise qui a secoué le groupe à la fin des années 2000.