Ce que révèle la victoire judiciaire de Bernard Tapie

Par

Comme c'était prévisible, le Consortium de réalisation (CDR) a annoncé lundi soir qu'il ne déposerait pas de recours contre la sentence arbitrale qui a alloué près de 395 millions d'euros à Bernard Tapie. Grâce à un formidable coup de pouce de l'Elysée, l'ex-homme d'affaires sort donc vainqueur de sa confrontation judiciaire avec le Crédit lyonnais, vieille de treize ans.

Lire aussi notre dossier avec notamment l'interview d'Eva Joly: «Un pouvoir présidentiel sans contrôle»et les blogs de Jean Peyrelevade, ancien patron du Lyonnais et celui de l'avocat de Tapie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est comme un fantôme politique qui réapparaît. Figure omniprésente de la scène politique française à la fin des années 1980 et au début des années 1990, Bernard Tapie s'est ensuite presque fait oublier. En tous cas, il a quitté la vie publique pour ne plus apparaître que dans les rubriques «people» de quelques médias à sensation. Ou dans les chroniques judiciaires des journaux. Mais le voilà soudain qui revient, vedette triomphante d'une invraisemblable saga politico-financière qui a tenu le pays en haleine tout au long de ce mois de juillet 2008.