Ecologie: le départ de Hulot acte un an de démission du gouvernement

Par

Le départ du ministre de l’écologie ne marque pas seulement un échec à agir. Il souligne la démission collective du chef de l’État et de l'exécutif face à la gravité des enjeux : climat, effondrement de la biodiversité, maladies causées par les pollutions, inégalités accrues. Le bilan, depuis un an, est catastrophique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La démission de Nicolas Hulot mardi matin 28 août en direct sur France Inter résonne comme un coup de tonnerre pour l’exécutif : le mensonge n’est plus tenable, l’action du gouvernement ne pèse rien face à la destruction en cours du monde. « Je ne comprends pas que nous assistions à la gestation d’une tragédie bien annoncée dans une forme d’indifférence », ni pourquoi « ce sujet est toujours relégué dans les dernières priorités », a dit le ministre de la transition écologique, juste avant d’annoncer sa démission.