À Asnières-sur-Seine, un service de psychiatrie détruit pour avoir défendu les droits des patients

Par

En juillet 2021, le psychiatre Mathieu Bellahsen a été démis de ses fonctions de chef de pôle au terme d’une enquête administrative. En mai 2020, il s’opposait à l’enfermement systématique de patients justifié par le confinement. La direction nie toutes représailles. Pourtant, de nombreux membres de son équipe dénoncent une enquête à charge.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les assises de la santé mentale et de la psychiatrie se tiennent jusque mardi soir. Il y est beaucoup question de la santé mentale de la population et de pratiques innovantes. Ce qui mine la psychiatrie n’est pas discuté, mais s’est imposé dans la grande consultation rendue publique en introduction des assises, lundi. 10 000 professionnels de la psychiatrie s’y sont exprimés pour faire part d’un profond mal-être : 57 % attendent une valorisation de leurs métiers, 54 % des moyens humains ou financiers, 54 % un renforcement des moyens existants.