Les orphelins des féminicides sont les grands oubliés de l’Etat

Par Sophie Boutboul

Partout en France, des enfants deviennent orphelin·e·s de mère à la suite de féminicides. Ils sont bien souvent laissés à leur sort, sauf en Seine-Saint-Denis. Le sujet est abordé mardi à l’occasion du Grenelle des violences conjugales. Témoignages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont les victimes oubliées, celles dont on ne parle jamais et pour lesquelles très peu d'aides ont été mises en place, malgré la souffrance qui est la leur. Ce sont les orphelins et orphelines de mère à la suite de féminicides, parfois témoins des faits, toujours durablement traumatisé·e·s, et bien souvent isolé·e·s.