PCF: «On rompt avec la conception d'un parti qui sait tout»

Par

Fini le centralisme démocratique, le Parti communiste français veut élaborer un programme participatif, «passer d'un projet communiste à un projet partagé». Pendant trois jours, il a réuni ses responsables locaux pour lancer le processus présidentiel du Front de gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une «ruche» et des abeilles. C'est ce à quoi voulait ressembler le PCF, réuni les 26, 27 et 28 novembre place du Colonel-Fabien, pour lancer les travaux du «programme populaire et partagé» que doivent porter les communistes et leurs partenaires du Front de gauche lors de la prochaine élection présidentielle. Pendant trois jours, jusqu'à 300 personnes environ – essentiellement des responsables locaux du PCF et des personnalités extérieures du mouvement social – ont bûché sur des grands thèmes, comme la démocratie, la jeunesse, les mouvements sociaux ou les marchés financiers (voir leur blog sur Mediapart).