Du point de vue des personnes ayant fui leur pays en quête d’une protection, passer du statut de demandeur d’asile à celui de réfugié constitue un changement de vie radical. C’est l’aboutissement d’un parcours semé d’embûches, la reconnaissance officielle d’une souffrance insupportable et l’accès à des droits dans la société d’accueil. À l’inverse, un rejet signifie la négation de la douleur, la perpétuation de la précarité, le début de la clandestinité et la perspective d'une reconduite à la frontière. Au moment où le gouvernement s'apprête à réformer le système d'asile en France, Mediapart revient sur le récent livre d'un juge chargé de délivrer le statut de réfugié, Jean-Michel Belorgey, qui dénonce le « délitement » du dispositif actuel.