Cette semaine dans «A l’air libre»

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Avec les enseignants, les migrants de Calais, à l'opéra, sur l'Ocean Viking ou bien même en Égypte... « À l'air libre » sur tous les fronts. Lundi, nous recevions Damien Carême pour évoquer le sort des migrants qui tentent de gagner l'Europe, qu'ils soient sur la Méditerranée, à Calais ou bien à Paris.

Mardi, nous nous demandions si la députée LREM Sonia Krimi était bien à sa place dans la majorité. Très critique, notamment, sur le projet de loi « renforçant les principes républicains », elle a pu également dire tout le mal qu’elle pensait de la remise de la Légion d’honneur au maréchal al-Sissi, dictateur égyptien. 

Mercredi, nous avons pris de la hauteur avec la philosophe Barbara Stiegler, qui interroge les modes de gouvernement en pleine pandémie. Non. En fait, elle interroge aussi la notion même de pandémie.  Dans cette même émission, nous avons raconté le désarroi des enseignants à l’occasion de la manifestation organisée la veille. 

Jeudi, enfin, nous avons réfléchi à l’activisme en temps de crise avec Sarah Durieux, de Change.org, et Juliette Rousseau, activiste qui vient de traduire l’essai Joie militante. Nous avons également parlé de l’opéra, ou de la façon dont ce lieu chargé d’histoire devait, aussi, savoir se décharger d’une certaine histoire coloniale. 

Barbara Stiegler, exilés, activisme, opéra... Une semaine dans À l'air libre © Mediapart

Christophe Gueugneau

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne