Pour son grand stade, Valls court contre la montre

Par

La Cour des comptes a adressé un référé à l’État sur les « risques » financiers du projet pharaonique du grand stade de rugby en Essonne, mais le premier ministre veut en faire un contrat d’intérêt national. Le stade doit coûter 600 millions d’euros, et le projet d’aménagement urbain chiffré à 263 millions est déficitaire, selon les documents obtenus par Mediapart. Un dossier qui n'est pas sans rappeler celui de Notre-Dame-des-Landes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«On a toujours rêvé d’un stade, se souvient Stéphane Raffalli, le maire de Ris-Orangis. Je me souviens qu’avec Manuel et Thierry [Manuel Valls et Thierry Mandon ndlr], quand on se mettait devant une carte pour réfléchir à ce qu’on pourrait faire ici, on rêvait d’un stade ! » Le projet du grand stade de Ris-Orangis, porté par la Fédération de France de rugby (FFR) et l’agglomération d’Évry, est désormais un peu plus qu’un rêve, mais il vient de subir un désaveu cinglant. Début mars, la Cour des comptes a rendu publique une mise en garde à l’État face aux risques budgétaires et patrimoniaux que cet équipement lui fait courir.