Procès du Mediator: Servier, condamné, s’en sort encore

Par

L'entreprise a été condamnée pour homicides et blessures involontaires et pour tromperie aggravée. Mais les victimes déplorent qu'aucune peine de prison ferme n’a été prononcée à l’encontre des anciens responsables ou consultants du laboratoire qui a commercialisé l’anti-diabétique déguisé en coupe-faim.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un procès historique, dont la conclusion laisse un goût amer. Lundi 29 mars, le tribunal correctionnel de Paris a reconnu coupable les laboratoires Servier de « tromperie aggravée » et d’« homicides et blessures involontaires » dans l’affaire du Mediator, un an et demi après le début des audiences. Il a été condamné à une amende de 2,7 millions d’euros, le maximum encouru à l’époque des faits.