Prothèses PIP: comment trois procédures se sont «évaporées»

Par

Dès 1994, le patron de la société PIP faisait l'objet de poursuites judiciaires à Toulon. Mais il ne s'est rien passé, malgré un rapport d'enquête alarmant établi en 1996 par la direction des fraudes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le scandale des prothèses PIP a éclaté en mars 2010, lorsque des fûts contenant une huile de silicone non autorisée pour l’usage médical ont été identifiés sur le site de l’entreprise Poly Implants Prothèses, à la Seyne-sur-Mer, par un inspecteur de l’Afssaps (Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé, devenue l’ANSM). Depuis, le patron de PIP, Jean-Claude Mas, mis en examen pour tromperie aggravée et escroquerie dans le procès ouvert depuis le 17 avril au tribunal de grande instance de Marseille, a reconnu la fraude. Au procès, Mas a même admis que sa société avait utilisé un gel non conforme dès 1992, alors que sa société a été créée en 1991.