Depuis près de trois semaines, des centaines de migrants africains sont bloqués sur des rochers à l’ancienne frontière franco-italienne, à Vintimille. Quatre associations de défense des migrants et plusieurs réfugiés avaient saisi en urgence le 22 juin 2015 le juge des référés du Conseil d’État. Ils estiment que les « contrôles frontaliers permanents et discriminatoires », mis en place par les autorités françaises depuis le 11 juin et amplement décrits par les médias qui se sont rendus sur place, sont contraires aux règles européennes, et notamment au code frontières de Schengen.