Karachi: la mission cachée des services secrets français

Par et

Le général Philippe Rondot a révélé au juge Marc Trévidic avoir mené à Karachi, en juin 2002, juste après l'attentat qui a coûté la vie à onze Français, une mission de la DGSE et de la DST. Le juge n'en avait jamais été informé, malgré ses demandes au ministère de la défense.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Interrogé comme témoin lundi 27 septembre, le général Philippe Rondot a révélé au juge Marc Trévidic avoir mené à Karachi, en juin 2002, quelques semaines après l'attentat qui a coûté la vie à onze Français, une mission conjointe de la DGSE, les services secrets extérieurs, et de la DST, le contre-espionnage (aujourd'hui DCRI). Le juge n'avait jamais été informé de ces investigations confidentielles, malgré ses demandes répétées auprès du ministère de la défense de communication de toutes les informations classifiées en rapport avec l'attentat de Karachi.