Marseille: les 68 immeubles à l’abandon passés entre les mains de la Ville

Par , Benoit Gilles (Marsactu) et Jean-François Poupelin (le Ravi)

Un an après l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille, notre enquête dévoile l’ampleur du patrimoine de la ville à l’abandon. Rien que dans les 1er et 2e arrondissements, au moins 51 biens dégradés sont la propriété directe de la Ville.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les habitués du centre-ville ne lèvent même plus le nez devant ces immeubles décrépis aux volets clos. Parfois, les entrées sont fermées par des portes anti-intrusion, les premiers étages bloqués par des parpaings. Ces façades forment le visage multiple, anonyme, de l’habitat indigne dont le centre-ville de Marseille est devenu un symbole, depuis les effondrements de la rue d’Aubagne qui ont causé, voilà près d’un an, huit morts.