Maintien de l’ordre: ce que disent les chiffres

Par et

Le rapport des inspections générales de la gendarmerie et de la police nationale, publié le 13 novembre, après la mort de Rémi Fraisse, dresse un état des lieux du nombre de fonctionnaires blessés ces dernières années ainsi que des armes utilisées en maintien de l’ordre. C'est la première fois que des données aussi précises sont rendues publiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S’il est difficile de recenser les cas de violences policières, les forces de l’ordre donnent également peu d’informations précises sur leurs blessés en maintien de l’ordre. Il a fallu la mort d’un manifestant, Rémi Fraisse, à Sivens, pour qu’un rapport des inspections générales de la gendarmerie et de la police nationale, publié le 13 novembre, dresse un état des lieux du nombre de fonctionnaires blessés ces dernières années ainsi que des armes utilisées en maintien de l’ordre. Ces données sont imparfaites. « Il n'existe aucun outil de collecte des données commun et exhaustif » des munitions, souligne par exemple le rapport. Mais c’est la première fois que ce type d’informations est rendu public.