Au PS, chacun place ses pions en prévision du congrès

Par

À quatre mois de la désignation d'un nouveau premier secrétaire, le hollandais Stéphane Le Foll, l'ancien vallsiste Luc Carvounas, ou le représentant de l'aile gauche Emmanuel Maurel sont dans les starting-blocks. Un groupe de quadragénaires pousse la candidature de Najat Vallaud-Belkacem, tandis que l'ancien numéro 2 de Cambadélis, Rachid Temal, y pense. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Y aller sans le dire, le dire sans y aller. À quatre mois du congrès du Parti socialiste, fin mars ou début avril 2018 – la date n’est pas encore fixée –, plusieurs candidats putatifs se sont déjà lancés dans une drôle de campagne. Face à des militants échaudés qui, aux dires d’un responsable parisien, ont « le sentiment d’un congrès de la dernière chance », certains essayent de montrer qu’ils feraient un premier secrétaire idéal car ils portent un projet de refondation, quand d’autres insistent lourdement sur une nécessaire unité… derrière eux.