Guérini : «Il va y avoir des grosses gouttes que le Vieux-Port va déborder»

Par
En mars 2010, lors d'une réunion du groupe socialiste marseillais, une passe d'armes a opposé Jean-Noël Guérini et Patrick Mennucci, au sujet des affaires commençant à agiter la Canebière. Mediapart diffuse l'enregistrement intégral de l'échange, viril, où le patron du PS local et président du conseil général met en garde ses camarades.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La scène se passe le 17 mars 2010, dans la mairie des 15e et 16e arrondissements de Marseille. A la fin d'une réunion du groupe socialiste, Jean-Noël Guérini prend la parole pour avertir ses camarades de son mécontentement face à l'ampleur que commence à prendre l'enquête judiciaire concernant son frère, Alexandre. Laissant entendre qu'il a des preuves et qu'il suspecte deux socialistes «particulièrement», mais sans les nommer, il voit s'élever face à lui Patrick Mennucci, maire du premier secteur, qui se sent et se sait visé. De sa grosse voix, il intervient alors pour demander des précisions.