A Bordeaux, la vague verte balaie l’héritage d’Alain Juppé

Par Jérémy Jeantet

Pierre Hurmic, tête de liste EELV, a profité d’une érosion du vote de droite et d’une forte confiance des quartiers populaires pour rafler la mairie de Bordeaux, propriété de la droite depuis plus de 70 ans et confiée depuis à peine plus d'un an à Nicolas Florian par Alain Juppé. Philippe Poutou (NPA) entre au conseil municipal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bordeaux (Gironde).– La scène est historique, symbolique d’un changement d’ère. Dimanche soir, vers 21 h 30, alors que les premières tendances préfigurent une défaite de la droite, Alain Juppé, maire de Bordeaux de 1995 à 2004 et de 2006 à 2019, quitte le palais Rohan, siège du pouvoir municipal. L’œil humide, la démarche rapide, l’ancien premier ministre souffle un timide : « C’est la démocratie. »