Zineb, Steve: des drames devenus inéluctables

Par

Depuis plusieurs mois, le pouvoir exécutif n’a eu de cesse de nier l’existence de violences policières, en dépit des centaines de blessés. Il a fini par rendre possible l’effroyable : les morts de Zineb Redouane et de Steve Maia Caniço.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’y a pas de hasard. Pas d’accident. Pas de concours de circonstances. Deux morts, l’une à Marseille, l’autre à Nantes : tel est, en quelques mois seulement, le funeste bilan du maintien de l’ordre voulu par l’exécutif et son ministre de l’intérieur, Christophe Castaner.