Chevènement et l'islam: plus qu'un malentendu

Par

Entre ses propos sur la « nationalité disparue » à Saint-Denis et ceux appelant les musulmans à la « discrétion », le choix de Jean-Pierre Chevènement pour prendre la tête de la Fondation pour l’islam de France s’avère de plus en plus inquiétant. Et sa trajectoire politique et idéologique antérieure n’a rien pour rassurer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Dès que Jean-Pierre Chevènement parle, il fait polémique », se défendait un collaborateur de l’ancien ministre de l’intérieur, interrogé par Buzzfeed sur sa sortie, lors de la matinale de France Inter du lundi 29 août, affirmant que « le processus d’intégration n’est plus possible puisqu’il y a à Saint-Denis, par exemple, 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu », semblant ainsi dire que la nationalité française avait disparu de la préfecture de Seine-Saint-Denis, tout en confondant cette nationalité avec le fait d’être blanc.