A Paris, dans le cortège, paroles de manifestants

Par

Ils étaient près de 80 000 (selon les organisateurs) à manifester dimanche pour dénoncer un « déni de démocratie » et sanctionner la politique d'austérité qu'implique l'adoption du TSCG. Militants et sympathisants ont fait part de leur «déception attendue» face aux choix politiques et économiques de François Hollande.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils étaient près de 80 000 (selon les organisateurs) à défiler dimanche entre Nation et place d'Italie pour réclamer un référendum sur le futur traité européen de discipline budgétaire, et dénoncer la politique d'austérité portée par le gouvernement.