Un ex-rockeur néonazi déploie sa « mutuelle communale » dans des villes d'extrême droite

Par

Après Robert Ménard à Béziers, au tour du maire FN de Fréjus de proposer une « mutuelle communale ». À la tête de cette société, Robert Ottaviani, ancien chanteur d'un groupe de rock néonazi. C'est la troisième fois que David Rachline fait appel à une société liée à l'extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après Béziers, au tour de Fréjus, autre ville d'extrême droite, de proposer une « mutuelle communale ». Sur son site, dans le journal municipal et sur les réseaux sociaux, la mairie annonce en fanfare cette « offre mutualiste sociale » qui propose des tarifs préférentiels aux habitants grâce à des contrats négociés avec la ville. Deux réunions publiques sur le sujet ont été organisées autour d'une équipe présentée comme « spécialiste dans la création de complémentaires santé communales »