La SNCF au bord de l’explosion

Par

Rien ne va plus à la SNCF. Deux mouvements sociaux ont été lancés, sans s’appuyer sur les syndicats. Fin du statut, ouverture de la concurrence à partir de 2020, réforme des retraites créent un mélange détonant dans l’entreprise. Guillaume Pépy quitte l’entreprise en laissant « une Cocotte-Minute ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Éruptif », « un chaudron », « une Cocotte-Minute », « un tsunami ferroviaire ». De la base au sommet, les cheminots n’ont pas de mots assez forts pour décrire le climat actuel à la SNCF. Tous manifestent la même inquiétude. Tous s’alarment de l’état de tensions, de l’atmosphère conflictuelle qui règne au sein du groupe ferroviaire. « La moindre étincelle peut déclencher l’incendie », constate un cadre de la direction. « Si l’entreprise ne remet pas la priorité sur ses salariés, cela va péter de partout », prévient de son côté Bruno Poncet, porte-parole de Sud Rail.