Une infirmière tuée à Gaza, la responsabilité d'Israël pointée

Par

Avec orensic Architecture, le New York Times interroge, en analysant un millier de photos et de vidéos, la responsabilité de l'armée israélienne dans la mort d'une soignante bénévole, le 1er juin 2018 à Gaza.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Rouzan Al-Najar, jeune soignante bénévole, est morte le 1er juin 2018 sous les tirs de l'armée israélienne, alors qu'elle allait porter secours, vêtue de sa blouse blanche, aux Palestiniens qui protestaient contre le blocus de la bande de Gaza, en Palestine.

Devenue martyre et symbole pour son peuple, elle est considérée par les Israéliens comme l'un de ces protestataires violents qui menacent le pays. Associé avec le collectif Forensic Architecture, dont est aussi partenaire Mediapart, le journal américain The New York Times a cherché à comprendre, en mêlant données vidéo, photos et reportage, ce qu'il s'est passé ce jour-là à Gaza.

Toutes nos enquêtes conjointes avec Forensic Architecture dans ce dossier.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale