Il a fallu une guerre pour qu’il attire les caméras. Jean-Yves Le Drian menait jusqu'ici la carrière classique d’un notable socialiste, régnant sur son fief, dans l’ombre de son ami de trente ans, François Hollande. L’ancien maire de Lorient, devenu ministre de la défense, est un social-démocrate discret qui pense, en gros, ce que pense le président. Y compris en matière de défense où il revendique une approche « consensuelle », défend mordicus la dissuasion nucléaire et prétend faire la « guerre contre le terrorisme ».