Valls confirme l'ouverture prochaine des centres de rétention aux journalistes

Par

Lors de la présentation du bilan de sa politique migratoire, Manuel Valls a réfuté les accusations de laxisme portées par la droite. Il a bataillé pour expliquer que la baisse des expulsions est un effet d'optique et que la hausse des régularisations est temporaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de sa conférence de presse organisée ce vendredi 31 janvier sur la politique d’immigration, Manuel Valls a confirmé que les journalistes ainsi que les associations de défense des droits des étrangers pourraient visiter les lieux dans lesquels sont enfermés les étrangers en situation irrégulière en instance de reconduite à la frontière. « L’accès des associations et des journalistes en centre de rétention sera consacré par décret dans les prochains jours », a-t-il affirmé. Jusqu’à présent, l’absence de procédure limitait drastiquement les possibilités de franchir la porte de ces établissements par lesquels ont transité 43 746 personnes en 2012 (métropole et outre-mer). Les reporters pouvaient y entrer au compte-gouttes, en fonction du bon vouloir de l’administration, sans qu’aucune règle n’encadre les droits et devoirs de chacun. Seules cinq associations étaient en contact régulier avec les sans-papiers en raison de leurs attributions d’accompagnement juridique. Les services du ministre de l’intérieur ont assuré que le décret sera publié dès qu’il aura été validé par le conseil d’État.