Futurs petits actionnaires de la FDJ: 100% des perdants auront tenté leur chance

Par

Avec la privatisation de la FDJ, ouverte aux particuliers, le gouvernement veut « renouer avec le capitalisme populaire ». Mais lors des deux dernières opérations de ce type, EDF et France Télécom, les petits épargnants ont été les dindons de la farce.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je souhaite que la Française des jeux redevienne l’entreprise des Français. » En détaillant sur France Info le lundi 14 octobre les modalités de la privatisation de la Française des jeux (FDJ), le ministre des finances, Bruno Le Maire, a usé d’un étonnant sophisme. Ainsi, la FDJ n’appartenait pas aux Français tant qu’elle était sous statut public mais elle leur appartiendra dès qu’elle passera sous statut privé : la formule alambiquée ne veut en vérité rien dire, sinon qu’elle révèle la radicale mauvaise foi du ministre des finances.