Dans le Brésil de Bolsonaro, la guerre culturelle est déclarée

Par

Le récent limogeage du secrétaire d'Etat chargé de la culture, qui s’est inspiré du nazi Goebbels dans une vidéo, ne change rien aux plans du gouvernement de Jair Bolsonaro. Le régime prétend lutter contre une mainmise des « communistes » sur la culture. Avec des attaques qui visent aussi les livres scolaires ou le monde universitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), correspondance.– Cheveux plaqués en arrière, voix lugubre et regard sombre, Roberto Alvim annonce, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux jeudi 16 janvier, un grand programme de soutien culturel. « L’art brésilien de la prochaine décennie sera héroïque et national […] ou ne sera pas ! », lance le secrétaire à la culture. Avec en fond sonore un opéra de Wagner, compositeur favori d'Adolf Hitler, il reprend plusieurs formules d’un discours de 1933 du chef de la propagande nazie, Joseph Goebbels, et provoque un tollé. Ancien metteur en scène de théâtre, à l’époque adulé dans les cercles progressistes, il s’est inspiré d’une photo de Goebbels pour créer le décor et les conditions qui ont précipité sa chute.