Interceptée par les garde-côtes libyens, elle finit par traverser mais perd son bébé

Par

Germaine* a été secourue par le navire humanitaire lors de sa seconde tentative en Méditerranée. À la première, le 20 janvier, son embarcation en détresse avait été interceptée par les garde-côtes libyens. Enceinte de presque deux mois, violentée par des passeurs, elle a perdu son bébé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Ocean Viking s’apprêtait à leur porter secours lorsque les équipes de SOS Méditerranée ont appris qu’ils avaient été interceptés par les garde-côtes libyens, mercredi 20 janvier. Une cinquantaine de migrants, repérés par les avions de reconnaissance de l’association Pilotes volontaires et de l’ONG Sea-Watch dans la matinée, ont été renvoyés à Tripoli, en Libye, et placés en détention.