Sous la pression de Londres, la réglementation des «hedge funds» s'éloigne

Par
L'Union européenne a choisi de ne pas passer en force. Faute d'accord avec Londres, la présidence espagnole a reporté le vote du Conseil européen, mardi 16 mars, sur la directive encadrant les «hedge funds». Un cadeau fait à Gordon Brown avant les élections législatives britanniques. Mais en pleine crise grecque, ce report est un coup dur pour l'Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'Union européenne a choisi de ne pas passer en force: faute d'accord avec Londres, la présidence espagnole a reporté le vote du Conseil européen, le 16 mars, sur la directive encadrant les «hedge funds». Un cadeau fait à Gordon Brown à l'aune des élections législatives britanniques. Il faudra sans doute patienter plusieurs mois pour que le Conseil se prononce sur le sujet. En attendant, le Parlement européen continue de travailler sur la directive. En pleine crise grecque, ce report est un coup dur pour l'Europe, qui tentait de se construire une légitimité, ces derniers mois, en matière d'encadrement de la finance. Nous republions notre enquête du 1er mars, «Comment dompter les hedge funds», autour des difficultés rencontrées par Bruxelles pour réglementer, au-delà des promesses et des bonnes volontés, l'action de ces fonds spéculatifs.