Le gouvernement espagnol demande des excuses à Syriza

Le gouvernement grec a accusé l’Espagne et le Portugal de vouloir « asphyxier » la Grèce, afin de dissuader leurs électeurs de voter à gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Premier accrochage ouvert entre le nouveau premier ministre de la Grèce et un autre dirigeant européen. Mariano Rajoy, le premier ministre conservateur espagnol, a vivement répliqué, dimanche 1er mars aux critiques d'Alexis Tsipras, le premier ministre grec. M. Tsipras avait accusé samedi l'Espagne et le Portugal de s'être ligués contre la Grèce pendant les négociations entre Athènes et l'Union européenne qui ont abouti à une prolongation de l'aide européenne à la Grèce.