Les Algériens «n’ont plus peur»

Kamel Daoud, Yasmina Khadra et Boualem Sansal sont intervenus dans les médias français pour commenter les manifestations citoyennes en Algérie qui s'opposent à la candidature d'Abdelaziz Bouteflika. Livres Hebdo récapitule de telles prises de position.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le principal changement : les gens n'ont plus peur. Le mur de la peur a été cassé », selon l'écrivain algérien Kamel Daoud qui s'est exprimé vendredi 1er mars au matin sur RTL à propos des Algériens qui manifestent contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika. Ils « ne reculeront plus » malgré les risques de violence. Ils sont encore plusieurs milliers à défiler cet après-midi à Alger.

À son image, plusieurs écrivains algériens se réjouissent vendredi dans les médias français de cette contestation inédite depuis plusieurs années, tout en craignant la répression d'un mouvement qui fait suite à la décision annoncée le 10 février du président, 81 ans, au pouvoir depuis 1999, de se représenter lors de la présidentielle du 18 avril.