Pour les Israéliens évacués de Gaza en 2005, «le peuple palestinien n'existe pas»

Par

Le triomphe de la droite nationaliste et l'ampleur des frappes israéliennes tirent en partie leur origine des circonstances de l'évacuation, en 2005, du Gush Katif, l'ensemble des colonies de Gaza. Après ce retrait, les colons ont massivement infiltré les partis de droite pour pousser leur projet du « Grand Israël », un État juif unique avec une minorité arabe. Rencontre dans le sud d’Israël avec une ancienne habitante du Gush Katif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial en Israël.  C’est l’histoire d’un petit bout de terre troqué contre un autre. Un ensemble d'habitations abandonné pour un autre, à moins de 100 kilomètres de là. Une communauté religieuse juive de 150 personnes qui souhaitaient continuer à vivre ensemble. À moins d'une heure de bus au sud de Tel-Aviv, près de la commune de Gedera, dans l’agglomération de Yad Benjamin, se trouve Ganeytal, un moshav – ces communautés agricoles coopératives israéliennes associant plusieurs fermes individuelles – directement importé de Gaza et du Gush Katif, l’ensemble de colonies où vivaient 8 500 colons israéliens, évacués de force en 2005 par l’armée sur décision du gouvernement d'Ariel Sharon, contre la volonté des habitants.