La guerre au Cameroun est désormais liée à la présidentielle d’octobre

Par

Le président du Cameroun Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans, a annoncé qu’il était candidat à l’élection présidentielle prévue le 7 octobre. Cette dernière se prépare alors que l’armée est en guerre contre des groupes armés dans les deux régions anglophones du pays. Pour les sécessionnistes, empêcher l’organisation de l’élection dans des régions de l’ouest du pays affaiblirait la probable réélection de Biya.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Personne au Cameroun n’a été étonné lorsque le président Paul Biya, 85 ans, a annoncé mi-juillet sa candidature à l’élection présidentielle prévue le 7 octobre. Au pouvoir depuis 1982, le chef de l’État n’a jamais donné l’impression qu’il songeait à quitter le palais présidentiel d’Étoudi, à Yaoundé. Il a passé la majeure partie de sa vie au cœur de l’appareil d’État : parrainé par l'homme politique français Louis-Paul Aujoulat, il a intégré la présidence comme chargé de mission dès l’âge de 29 ans, en 1962. Par la suite, il a été ministre et premier ministre.