En Irlande du Nord, les tensions identitaires confisquent la politique

Par Manon DENIAU et Yann Levy (PHOTOS)

Le partage du pouvoir entre les catholiques nationalistes et les protestants unionistes, en place depuis les accords de paix signés en 1998, montre ses limites. Interrompues tout l’été, les négociations pour former le nouvel exécutif doivent reprendre. Mais sans pour autant qu’une réconciliation s’amorce.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Belfast (Irlande du Nord), envoyée spéciale.-  Vendredi 14 avril 2017. L’ambiance de cette matinée, en ce vendredi saint, est à l’image du temps. Gris, menaçant. Il y a 19 ans, quasiment jour pour jour, les accords de paix mettaient fin à 30 ans de guerre civile entre protestants unionistes, fidèles à la Couronne britannique, et catholiques nationalistes, militants de la réunification de l’Irlande. Aujourd’hui, l’espoir et le soulagement ont laissé place à la rancœur et à la colère.