Référendum anti-migrants en Hongrie: voyage au bout de la xénophobie

Par

On imaginait Sopron, ville hongroise frontalière de l’Autriche, un pied hors de la névrose politique nationale à la veille du référendum anti-migrants du 2 octobre. Or la cité se révèle un miroir des intentions démagogiques du premier ministre Viktor Orbán.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Sopron (Hongrie). - Le référendum de dimanche en Hongrie ? À Sopron, y penser toujours en parler jamais. Complètement à l’ouest, enclavée dans l’Autriche – à 60 km de Vienne mais à 220 km de Budapest –, la cité semble repliée sur son noyau : un centre en forme d’ovale jadis fortifié, qui offre la beauté préservée de bien des villes d’Europe centrale, jusqu’à Lviv en Ukraine.