Au nom de l’urgence climatique, les Verts autrichiens acceptent de gouverner avec la droite

Par Vianey Lorin

Trois mois après les législatives anticipées du 29 septembre marquées par la percée des Verts – de retour sur les bancs de l’Assemblée après un résultat désastreux en 2017 –, la formation écologiste a conclu une alliance inédite de gouvernement avec le parti conservateur ÖVP du premier ministre Sebastian Kurz.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vienne (Autriche), correspondance.– Trois mois après les législatives anticipées du 29 septembre, les conservateurs autrichiens (ÖVP) ont conclu mercredi un accord de coalition gouvernementale avec les écologistes, ce qui permettra à leur chef de file, Sebastian Kurz, de récupérer son poste de chancelier. M. Kurz avait formé sa précédente coalition avec le Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite). Cela fait de l’Autriche le troisième pays de l’Union européenne, avec la Suède (où ils gouvernent avec les sociaux-démocrates avec le soutien des centristes et des libéraux) et la Finlande (dans une coalition à cinq partis, regroupant l’ensemble de la gauche (SDP, Verts et parti de gauche) et deux formations centristes, le Centre et le parti de la minorité suédoise), où les écologistes composent le gouvernement, même dans un rôle mineur, sur fond d’inquiétude grandissante sur la question climatique.