Obama remporte le prix de la traque de Ben Laden

Par
La traque de Ben Laden aura duré quinze ans. Dès 1996, sous Clinton, une cellule de la CIA fut créée pour le pourchasser. En bon candidat pour sa réélection, Obama n'a pas raté l'occasion de tirer la couverture à lui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l'exception des premières années, la traque d'Oussama Ben Laden a été autant une affaire politique qu'une question militaire: de Bill Clinton lançant des missiles de croisière sur un camp supposé héberger le leader terroriste en Afghanistan, mais aussi sur une usine au Soudan, en plein cœur de l'affaire Lewinsky (le commentateur américain Christopher Hitchens parla à l'époque d'«armes de distraction massive») ; en passant par George W. Bush qui renforça sa réputation de cow-boy au stetson bas sur le front à coups de maximes telles que «Je veux Ben Laden mort ou vif» ou «Je vais enfumer les terroristes pour les faire sortir de leurs grottes!»; jusqu'à Barack Obama qui, lors de son allocution annonçant la mort de l'ennemi numéro un des Etats-Unis, prit bien soin de préciser: «Peu de temps après ma prise de fonction, j'ai demandé au directeur de la CIA de faire de la mort ou de l'appréhension de Ben Laden notre première priorité dans la lutte contre Al Qaïda.»