Elections britanniques: les équations à haut risque du « Brexit »

David Cameron a promis, s'il est réélu, la tenue d'ici 2017 d'un référendum sur l'appartenance à l'UE. Mais son projet, censé contrer la poussée de l'Ukip, est fragile. Ed Miliband, lui, exclut toute consultation à court terme. La commission de Bruxelles tente de réagir.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- « L'enjeu européen n'est pas une priorité pour la majorité des citoyens. Ils parlent de santé, d'éducation, d'emplois. Si nous arrivons au pouvoir après le 7 mai, nous n'allons pas passer les deux premières années de notre mandat à organiser un référendum qui n'intéresse qu'une minorité des Britanniques. Nous voulons redresser l'économie, venir en aide aux précaires. C'est une question de priorité. » Jude Kirton-Darling est une jeune eurodéputée membre du Labour, la formation d'Ed Miliband qui pourrait arriver en tête au soir du 7 mai. Jointe par Mediapart, cette élue venue du syndicalisme prend ses distances avec un débat qui fait vibrer les fonctionnaires européens, mais peut-être un peu moins les électeurs britanniques : la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, ou Brexit (British exit).
Les élections générales du 7 mai s'annoncent très indécises. Les coalitions possibles sont multiples. Mais il n'y a, sur le papier, que deux hommes susceptibles de devenir chef de gouvernement. D'un côté David Cameron, pour les conservateurs, plaide pour la tenue d'un référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE d'ici 2017, après avoir rapatrié à Londres, promet-il, des compétences détenues par Bruxelles. Ed Miliband, son adversaire travailliste, s'est lui engagé à « réformer » l'Europe, mais ne prévoit pas de consultation à court terme.
« Nous sommes contre l'idée d'organiser un référendum à une date qui n'aurait aucun lien avec la réalité européenne, précise Jude Kirton-Darling. Les Tories ont annoncé un référendum, qui a déjà créé beaucoup trop d'incertitudes, pour les entreprises comme pour les citoyens. » Là où les choses se compliquent, c'est qu'aucun de ces partis, Tories ou Labour, ne devrait pouvoir gouverner seul. Ils devront sans doute faire appel au soutien, plus ou moins formalisé dans une coalition, des libéraux-démocrates de Nick Clegg (avec leur ligne pro-UE) ou des nationalistes écossais du SNP. Autant de combinaisons possibles, qui relancent les incertitudes sur l'après-7-Mai, et donnent des maux de tête aux « eurocrates » bruxellois.
Les crispations britanniques sur l'Union ne datent pas d'hier. Mais la montée en puissance de l'Ukip, le parti de Nigel Farage arrivé en tête aux élections européennes de mai 2014 (26,6 %), avec son discours anti-migrants et anti-UE, est pour beaucoup dans la surenchère de David Cameron sur l'Europe. L'actuel chef de gouvernement n'a cessé de durcir ses positions, depuis son discours sur l'Europe de janvier 2013, dans lequel il annonce son fameux projet de référendum, résume l'Union à un vaste marché intérieur et consacre la victoire de l'aile eurosceptique du parti.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Reportage
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
International — Enquête
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Europe — Note de veille
par Jérôme Hourdeaux
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul