Dans l’Extrême-Orient russe, la région du fleuve Amour symbolise le rapprochement avec la Chine

Le conflit en Ukraine a resserré les liens entre Moscou et Pékin. Malgré une méfiance latente, les deux pays affichent un visage uni face à l’Occident. La région du fleuve Amour est en pointe de ce « pivot » russe vers la Chine. Reportage à Blagovechtchensk.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Blagovechtchensk (Russie).– « Ici, une plaisanterie dit que la plus belle vue de la ville, c’est la Chine ! », sourit Nikolaï Koukharenko, 45 ans. L’homme a vécu toute sa vie à Blagovechtchensk, en Extrême-Orient russe, à huit heures de vol et 5 600 kilomètres de Moscou. Pour celui qui est devenu directeur de l’Institut Confucius de langue chinoise au sein de de l’université locale, comme pour les 220 000 habitant·es de « Blago », la Chine a toujours fait partie de la vie de tous les jours.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal