mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Dernière édition

Une militante russe antinucléaire demande l'asile à la France

2 octobre 2015 | Par Amélie Poinssot et Michel de Pracontal

À la tête de l'ONG « Planète de l'Espoir », Nadejda Koutepova milite depuis quinze ans pour faire reconnaître les victimes de contamination radioactive dans l'Oural, autour de l'usine de Maïak où avait éclaté, en 1957, la première catastrophe nucléaire au monde. En juillet, elle a été contrainte de dissoudre l'ONG et de quitter le territoire russe. Ce vendredi 2 octobre, alors que François Hollande reçoit Vladimir Poutine à Paris, elle demande l'asile en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'histoire de Nadejda Koutepova en dit long sur le passé soviétique et sur la Russie d'aujourd'hui. Militant sans relâche depuis quinze ans pour faire reconnaître un désastre nucléaire qui a commencé dès 1949 dans l'Oural, elle s'est trouvée dans la tourmente depuis que le Kremlin a commencé, en 2012, à vouloir s'attaquer aux ONG, et en particulier aux organisations de défense de l'environnement. Menacée de poursuites judiciaires, elle a fini par quitter son pays en juillet.