Testé positif au Covid-19, Donald Trump hospitalisé à un mois de l’élection

Par

Le président américain n’a cessé de minimiser l’étendue de la pandémie de coronavirus et réfuté les critiques sur sa gestion catastrophique de la crise sanitaire. Vendredi, il a annoncé avoir été testé positif avant d’être admis à l’hôpital « pour quelques jours ». Un nouveau rebondissement dans la campagne électorale, alors qu’il lutte pour sa réélection.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Dans cette campagne électorale américaine devenue folle, où les théories du complot et la violence dominent, c’est l’élément qui manquait pour donner l’impression de vivre une de ces fictions dont les États-Unis abreuvent le monde par l’intermédiaire de Netflix : Donald Trump a été testé positif au Covid-19, tout comme sa femme Melania.

Il l’a annoncé lui-même sur son compte Twitter. « Nous commençons immédiatement la quarantaine et notre rétablissement. Nous en sortirons ENSEMBLE ! »

© Donald J. Trump

Dans la foulée de cette annonce, Donald Trump a été admis dans un hôpital de la banlieue de Washington « pour quelques jours ». « Dans un souci d’extrême prudence, et sur recommandation de son médecin et d’experts médicaux, le président travaillera depuis les bureaux présidentiels à [l’hôpital] Walter-Reed ces prochains jours », a déclaré sa porte-parole Kayleigh McEnany.

Les chaînes de télévision américaines diffusaient des images de l’hélicoptère présidentiel Marine One attendant Donald Trump devant la Maison Blanche, où il s’était placé en quarantaine vendredi soir, afin qu’il soit transporté dans cet hôpital militaire situé à Bethesda, dans l’État du Maryland jouxtant la capitale fédérale.

L’arrivée de Donald Trump à l’hôpital militaire Walter-Reed de Bethesda, près de Washington, le 2 octobre. © Brendan Smialowski / AFP L’arrivée de Donald Trump à l’hôpital militaire Walter-Reed de Bethesda, près de Washington, le 2 octobre. © Brendan Smialowski / AFP

Sean Conley, le médecin du président, a indiqué qu’il lui avait été injecté une dose du cocktail expérimental développé par la société de biotechnologie Regeneron, et qui a donné des résultats préliminaires encourageants dans des essais cliniques sur un petit nombre de patients. Il a reçu la plus forte dose, 8 grammes. Donald Trump prend également du zinc, de la vitamine D, de la famotidine, de la mélatonine et de l’aspirine, selon son docteur.

Samedi, le même Sean Conley a déclaré que le président, qui a souffert de toux, de congestion légère et de fatigue, ne recevait pas de supplémentation en oxygène et n’avait plus eu de fièvre depuis 24 heures. « Nous surveillons ses fonctions cardiaque, rénale et du foie, toutes sont normales. (...) Il n’a pas de difficulté à respirer ni à marcher à l’intérieur de l’unité médicale de la Maison Blanche. »

Jeudi soir, reçu par son journaliste préféré de Fox News, Sean Hannity, Donald Trump annonçait attendre les résultats d’un test Covid-19 car l’une de ses proches conseillères, Hope Hicks, 31 ans, avait été testée positive.

Elle était à bord d’Air Force One avec le président américain lorsqu’il s’est rendu mardi à Cleveland, dans l’Ohio, pour participer au débat face à Joe Biden. Elle a également voyagé avec lui mercredi lorsqu’il s’est rendu dans le Minnesota pour un meeting de campagne. Le président américain se soumet régulièrement à des tests, même si la fréquence exacte de ces derniers n’est pas connue. 

Donald Trump rejoint le « club » des dirigeants testés positifs après son homologue brésilien Jair Bolsonaro et le premier ministre britannique Boris Johnson. À 74 ans, il est beaucoup plus âgé qu’eux, d’où les interrogations sur les complications que cela peut entraîner. La chaîne de télévision NBC a relevé que Donald Trump, contrairement à d’autres présidents étasuniens, n’a jamais donné d’informations médicales sur lui.

Comme le souligne une dépêche de l’agence de presse Reuters, il fait aussi partie de ceux qui n’ont cessé de minimiser le danger, ce qui explique le bilan désastreux : plus de 200 000 personnes sont décédées aux États-Unis. Et vendredi, le New York Times relevait à quel point « son indifférence personnelle envers le virus pourrait menacer sa propre santé, la stabilité du pays et ses espoirs déjà sombres de réélection ». Pendant le premier débat face à Joe Biden, mardi soir, il s’était même moqué de son rival qui portait un masque. « Je ne porte pas de masque comme lui, avait-il dit. Chaque fois que vous le voyez, il a un masque. »

Trump: I Don't Wear Masks Like Him. © Bloomberg Politics

Dans l’immédiat, son état de santé pose la question de l’annulation des deux débats qui restaient avant le scrutin du 3 novembre. Le prochain devait avoir lieu le 15 octobre. Donald Trump devra aussi faire une croix sur les meetings qu’il affectionne.

Joe Biden a appelé vendredi les Américains à ne « pas jouer aux durs » et à porter un masque. « C’est tellement important », a lancé le candidat démocrate lors d’un discours de campagne qu’il a donné en portant justement un masque chirurgical, à Grand Rapids, dans l’État-clé du Michigan.

« Il s’agit de prendre part à l’effort collectif. Porter un masque ne vous protégera pas seulement vous mais aussi ceux qui sont autour de vous », a-t-il ajouté devant des membres d’un syndicat (UFCW) et des journalistes.

L’ancien vice-président de Barack Obama a été testé négatif vendredi matin, après s’être fait dépister car il avait partagé le plateau du premier débat présidentiel avec Donald Trump.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Initialement publié vendredi 2 octobre, cet article a été mis à jour samedi 3 octobre au matin puis au soir avec l’annonce de l’hospitalisation de Donald Trump et les dernières informations sur son état de santé.