En Hongrie, les femmes mènent la contestation contre Viktor Orbán

Par

L’avenir de la démocratie hongroise passe-t-il par les femmes ? Le mouvement de contestation qui secoue le pays dirigé par le leader hongrois Viktor Orbán depuis mi-décembre est essentiellement mené par des femmes, pourtant très minoritaires en politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Budapest (Hongrie), de notre correspondant.– « Je veux faire un commentaire et vous refusez de me donner la parole. Vous dites que nous sommes dans un pays libre, mais c’est une dictature. » Ce sont les derniers mots que l’on entend. La suite du discours de la députée indépendante Bernadett Szél est inaudible ; le vice-président du Parlement, contrôlé aux deux tiers par le Fidesz de Viktor Orbán, vient de couper son micro. Comme il l’a fait juste avant elle pour une députée socialiste et une écologiste.